fbpx

Statistiques de divorce au Quebec

Le mariage, la vie en couple c’est appartenir à la grande communauté des « je réussis ma vie » ! Je ne souhaite pas au travers de ces quelques lignes, ....

More...

 vous réconforter dans votre choix de rupture  ou vous consoler, mais rien ne vaut les chiffres ! Ils sont indiscutables !

Le divorce au Québec en chiffre...

Finalement vous n’êtes pas si original, marginal que cela, car selon l’Institut de la Statistique du Canada, et même si le chiffre est en très légère baisse depuis 2006 (-0,03%), il y a presque 14 000 divorces au Québec en 2008. Ce chiffre est en baisse depuis 2010 de -8 % et la raison de cette baisse ne vient pas du fait que l’on se marie moins, mais par la proportion à vouloir divorcer. Selon l’institut, au Québec, le taux de divorce en 2018 est de 49,9 %. Pour 100 mariages prononcés, presque 50 se finissent par un divorce. Toujours selon le même institut, le taux de divorce est très fort entre 15 ans et 20 ans de vie commune et après 25 ans de vie commune. Cet accroissement du nombre de divorce est probablement lié à la modification de loi en 1985.

Changement de loi québécoise sur le divorce ne 1985

Précédemment la loi de 1968 rendait le divorce possible, seulement, pour des raisons d’adultères. Même si ce n’était pas valable sur le territoire, nombre de couples allait divorcer aux États-Unis. Ce changement de loi a permis de divorcer plus librement sur le territoire. Etant plus accessible aux couples il s'est démocratisé voire banalisé. Cependant, les explications chiffrées ne vont pas au-delà de 2008, date à laquelle, l'institut de Statistique du Canada arrête de recueillir et d’analyser les données venant des mariages et des divorces pour faire des économies budgétaires. À cette date l’âge moyen des hommes ou des femmes diffère très peu, puisqu’il est respectivement de 44 ans et-demi et presque 42 ans.

Les divorces d'union homosexuelle au Canada

Les mariages de même sexe permis depuis 2004 sont automatiquement inclus dans les statistiques, de sorte qu’il m’ait impossible de pouvoir faire une distinction.

Deuxième ou troisième divorce au Canada

Il n’y a pas non plus de chiffres sur l’importance du 2ème ou du 3ème divorce pour la même personne. Je sais qu’ils sont très fréquents au Canada. Dans mon livre Guérir de son divorce, de sa séparation, je consacre tout un chapitre sur ma théorie de la transition, qui explique en partie, les raisons de cette situation. Il est vrai que si le 2ème ou 3ème divorce est fréquent et acceptable, il pourrait être évité par le travail de la guérison des ruptures passées ainsi que le travail volontaire de connaître la vie amoureuse de rêve que chacun est susceptible de vivre.  

Laissez votre commentaire
  • Mg dit :

    Je suis très étonné que le nombre de divorces soit si important après 15-20 ans de vie commune. On aurait tendance à imaginer que ce sont les 10 premières années qui sont décisives !

    • Oui, les chiffres sont parfois surprenants ! Ils ont au moins le méritent de remettre nos points de vue à jour ! La raison essentielle est la démocratisation du divorce. Des couples de 15-20 ans, il y a encore quelques années, ne se séparaient pas. Tant bien que mal, ils restaient ensemble. Aujourd’hui, ils osent aussi plus facilement sauter le pas (si je peux m’exprimer ainsi) et le nombre grossi. J’accompagne de plus en plus d’hommes ou de femmes qui ont dépassé les 60 ans et qui vivent cette situation de divorce.

  • >